Où trouver à Montréal ?

Pour on contre un lâcher de lanternes célestes à Montréal ?

Pour on contre un lâcher de lanternes célestes à Montréal ?

Le groupe « Montreal Wish Lantern Festival » a annoncé il y a quelques jours son intention d’organiser un lâcher de lanternes célestes à partir du belvédère du Mont-Royal le 20 juin prochain.

Ma première réaction à la lecture de cette info a été de me réjouir, car après tout, des centaines de petites lanternes lumineuses flottant dans le ciel, c’est plutôt joli. Et puis très vite, quand on gratte un peu et qu’on se renseigne sur les conséquences d’un telle pratique, on se rend compte que c’est loin d’être aussi innocent et inoffensif qu’on le pensait.

La page Facebook de l’événement a très vite été submergée par les commentaires négatifs d’utilisateurs rappelant que ces lanternes sont nocives pour l’environnement, et dangereuses à cause du risque de brûlures ou d’incendies. D’autres affirment que tout est correct, car les composants des lanternes sont biodégradables et que de toutes façons, une lanterne ne retombe au sol que quand elle est éteinte.

De nombreux consacrés aux dangers de ces lanternes rappellent que ces objets sont tout de même des mini montgolfières contenant une flamme. Même si la destinée d’une lanterne est à la base de monter vers le ciel et de retomber quand la flamme s’éteint, rien n’est garanti et l’utilisateur n’a plus aucun contrôle dès lors qu’il lâche la lanterne. Un coup de vent peut emmener la lanterne sur un arbre, une maison, un humain, un animal, ou une usine de recyclage comme en 2013 près Birmingham.

En dehors du danger immédiat que peut représenter une flamme volante, les lanternes sont également nocives pour l’environnement.

Si certaines sont biodégradables, elles ne le sont pas instantanément et leur usage introduit dans la nature des matériaux qui n’y ont pas leur place, au risque de perturber la faune. Certains composants biodégradables mettent jusqu’à 9 mois pour disparaître, ce qui est suffisant pour être ingérés par certains animaux. On a par exemple trouvé des morceaux de lanternes dans l’estomac de ruminants ou de mammifères marins, ce qui peut provoquer les blessures internes lorsque ces pièces sont en bambou ou en métal.

En dehors de ces dangers pour la faune, ce sont évidemment des déchets qui constituent une véritable pollution environnementale mais aussi visuelle, quand par exemple, plusieurs lanternes se retrouvent prises au piège dans les branches des arbres, comme ici, à Toronto.

Depuis l’annonce du lâcher de lanternes à Montréal, l’organisation s’est ensuite ravisé et a précisé que le lieu était toujours en discussion. Visiblement, ils n’ont pas réalisé qu’il était dangereux de lâcher des centaines de lanternes célestes à proximité d’un couloir aérien d’aéroport! Il est encore trop tôt pour savoir si cet événement aura lieu et si oui, à quel endroit. Vu le tollé provoqué par l’annonce de ce lâcher, il est probable que les organisateurs, qui ne semblent pas si organisés que cela, abandonnent ce projet controversé.

Sondage: pour on contre un lâcher de lanternes célestes à Montréal ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Photo solarseven / Canstockphoto

Partagez cet article!

Mots-Clés:

Commentaires

1 commentaire

Trackback  •  Comments RSS

  1. Janis Warne dit :

    C’est vraiment une mauvaise idée–ils ont fait un de ces evenements à Vancouver, et ça a laissé tout sorte de déchets. Sur le site Facebook de l’évenement ils disent que TOUS les materiaux utilisés pour construire ces lanternes est biodégradable, et ils donnent un lien vers un site qui explique comment les faire–mais les materiaux ne sont pas biodégradable, ou vont prendre des années avant de biograder… en plus–sur le Mont Royal?? En été, quand il y a peut-être risque de feu, et des dechets qui vont tomber sur la forêt?? C’est vraiment vraiment mal pensé et j’espère que soit les organisateurs l’annulera, ou que la ville l’interdira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où trouver à Montréal ?
Top